De plus en plus d’institutions, d’employeurs et de municipalités s’impliquent dans un virage vert qui entraîne l’installation de nombreuses bornes de branchement pour les voitures électriques.

 

Chez Desjardins toujours plus de bornes de recharge

Le Mouvement Desjardins en fait partie. L’institution financière installera 200 bornes de recharge pour véhicules électriques à travers son réseau de caisses. Il s’agit là d’un investissement de plusieurs millions de dollars. Ce nouveau service payant se fait en partenariat avec Hydro-Québec. C’est la firme québécoise AddÉnergie qui réalisera la conception des bornes.

Selon les plans, le projet devrait être complété d’ici 2021. Les détenteurs de véhicules électriques retrouveront des bornes de Chapais dans le Nord-du-Québec jusqu’à Havre-Saint-Pierre sur la Côte-Nord, et de Windsor en Ontario jusqu’aux Îles-de-la-Madeleine.

On parle d’une mise en service de 140 bornes standard (240 V) et d’une soixantaine de bornes rapides (400 V).

 

La Gaspésie mène le bal

La région touristique de la Gaspésie compte 12 bornes de recharge rapide où les « électromobilistes » peuvent faire le plein en 20 à 30 minutes. Pour l’instant, c’est plus que Montréal ou Québec. La région s’apprête également à ajouter un grand nombre de bornes de recharge « ordinaires » à son réseau.

En 2018 et 2019, 100 000 $ seront investis pour ajouter 100 bornes de recharge permettant de faire le plein en trois ou quatre heures. Les bornes seront implantées aux abords de commerces et la recharge sera gratuite pour le propriétaire du véhicule.

 

Simons et l’énergie solaire

La chaîne de magasins Simons offre maintenant la recharge à sa nouvelle succursale des Galeries de la Capitale à Québec. La recharge est gratuite pour tous ceux qui sont membres du programme de fidélité Les Simons.

Les trois bornes de recharge – une rapide de 400 V et deux standard de 240 V – sont alimentées en grande partie par presque 3 000 modules de capteurs d’énergie solaire. Installés sur l’abri du stationnement ou sur le toit du magasin, ces capteurs peuvent produire plus de 1,3 million de kilowatts-heures d’énergie électrique annuellement.

On planifie des bornes pour d’autres succursales de la chaîne.

 

Les Laurentides prennent aussi le virage électrique

Les bornes de recharge publiques, pour les véhicules électriques, sont en forte augmentation dans la région touristique des Laurentides, qui s’adapte ainsi à la demande croissante des usagers.

Les bornes de recharge situées à Sainte-Agathe et ses environs sont déployées par plusieurs réseaux. On y trouve quatre bornes standard de 240 V et une borne rapide de 400 V. En comptant Val-David et Saint-Faustin–Lac-Carré, on retrouve dix bornes de recharge sur le territoire.

La municipalité de Val-David et l’Association des Véhicules Électriques du Québec (l’AVEQ) Laurentides ont, dans leur cas, inauguré deux bornes de 240 V. Le service est offert gratuitement par la municipalité.

En parallèle, à Sainte-Adèle et ses environs, de même qu’à Saint-Faustin, le groupe pétrolier Harnois, propriétaire de stations-service, a décidé d’adapter son offre en dotant son réseau corporatif de bornes de recharge.

 

Combler la demande

Le Circuit électrique d’Hydro-Québec, qui est le plus important réseau de recharge public au pays avec plus de 1300 bornes en service, dont plus de 100 bornes rapides, va peu à peu devenir insuffisant pour combler les besoins d’une clientèle croissante qui cherche de plus en plus d’autonomie.

Le Québec a beau être la province la mieux équipée au pays, les utilisateurs de véhicules électriques en réclament davantage. Nul doute que les efforts conjugués des entrepreneurs et des municipalités aideront à satisfaire la demande.